Les ténebres de la nuit

Après trois siècles, la prophétie est de retour... Le secret de l'existence des vampires est de nouveau percé à jour... Entre humains, vampires et chasseurs, un monde sans pitié s'offre à vous.. Saurez-vous y survivre?
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Yenael Erellund

Aller en bas 
AuteurMessage
Yenael Erellund

avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 28/05/2009
Age : 27
Localisation : Sur la branche d'un arbre.. ou dans ton lit

Feuille de personnage
Race (Vampire Hunter, sang-pur, vampire ou Level E): vampire
Puissance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Yenael Erellund   Jeu 28 Mai - 19:41

Yenael Erellund, vampire, 19 ans





Pouvoir
La Nature a jugé utile de me confier le pouvoir de contrôler l'environnement qui m'entoure (et ceux qui s'y trouvent..), de le modifier à ma guise.
Atténuer les rayons du Soleil sur ma peau (brune, heureusement), pouvoir traduire les murmures du vent et sentir autour de soi la Poussière de Lune peut s'avérer utile..

Description physique
Je suis grand, souple, fin et élancé. Mes cheveux noirs mi-long encadrent un visage aux yeux sombres et à la bouche souvent tirée en un sourire ironique. Ma peau est étonnement hâlée pour un vampire, du fait de mes origines, et contrairement à bien des vampires, mes traits se rapprochent de ceux des hommes. Je ressemble à un vivant, sûrement parce que je le suis : je ne suis pas un de ces vampires qui le sont devenus car leur corps humains échappaient à la mort due à une morsure. Je n'ai cependant pas de reflet ni d'ombre, comme les autres, mais pas pour les mêmes raisons ; je suis une âme et une ombre. Par conséquent, je suis quasi-invisible la nuit. Je suis très endurant physiquement, et escalader est pour moi comme marcher : j'ai appris à grimper aux arbres quasiment en même temps que marcher.


Caractère
Mon être solitaire et complexe s'ouvre rarement aux autres, mais une fois n'est pas coutume.
Je suis discret, mais je sais me montrer lorsqu'il le faut. Je suis très cynique envers le monde des humains, dans lequel je m'amuse à me cacher et à évoluer. Me cacher...Il m'arrive de ne pas toujours le faire. Je suis épris de Liberté, donc d'Indépendance; devoir me cacher ne m'amuse parfois plus trop, et souvent, je laisse transparaître mes origines aux humains. Toutefois, lorsque cela arrive, leur espérence de vie s'en voit rudement réduite. J'adore jouer avec eux un double jeu; ils sont tellement manipulables, alors pourquoi s'en priver...
Ma souplesse de corps rivalise avec celle d'esprit, et je sais parfaitement m'adapter à toutes les situations. Mon instinct de survie est surdévoloppé, ma chance dans les moments critiques aussi. J'ai une bonne étoile. Effectivement, Elles veillent sur moi..
J'aime la Nature, et celle-ci me le rend bien : en plus de m'avoir confié certains pouvoirs, elle m'a donné une vivacité de corps que m'envient bien des miens..Elle est la seule à me connaître et me comprendre ; elle est ma seule amie, ma seule confidente.
Je suis un loup solitaire, qui ne sort de sa tanière que lorsque l'odeur de l'agneau lui arrive au nez. Mon esprit vif est aussi aiguisé que mon poignard d'argent, et lorsque je n'attaque pas les humains à coups de mots, c'est avec ce bon vieil ami que je les égorge.
Car je ne tue pas les humains juste pour leur sang; je les tue car j'aime m'amuser avec eux, les voir attendre la mort comme une délivrance, les voir enfin comprendre que la mort est belle et sympathique. J'aime les voir se vider de leur sang en sachant que ce sang ne nourrira pas un autre vampire.
Car je n'aime guère plus les vampires. Mais hélas, je suis des leurs, j'ai donc quelques obligations envers eux. Et lorsque guerre il y aura, je serais sans doute de leur côté.

Voilà, tu me connais. Ton espérence de vie a donc grandement diminué.

Mon Histoire
Erellund.. Ou Lune noire dans la langue de mon pays natal..
Un nom bien maudit là-bas.

Je suis issu d'une famille de vampires déchue, vivant dans un bidonville de Eryalis, la capitale du pays de Sharind Aeva. Là bas, vampires et humains vivent sans s'entretuer ; les vampires ont développé, grâce à l'alchimie très puissante du pays, du sang synthétique qui leur permettent de vivre sans tuer personne depuis plus de quatre siècles.
Une bien triste perspective pour le roi Brydin Erellund, qui, il y a trois cents ans, voulant réintégrer des élevages d'humains servant comme nourriture, eut vite fait de propulser ma famille dans la déchéance.
Trois cents ans plus tard naissait, apres une nuit de sexe torride, un petit vampire.
Moi.

Ma mère ne s'était pas rendue compte qu'elle était enceinte, et avait tué depuis bien longtemps mon pauvre idiot de père ; un vampire sans-le-sou et qui s'était fait battre par un loup-garou ne la méritait pas. Il aurait été un homme que ça n'aurait rien changé : Dans les bidonvilles, le Pacte de Respect Mutuel n'était jamais respecté. Seul le plus rusé, le plus fort, survivait. Ce que j'eus tôt fait d'apprendre.
Ma mère ne voulait s'encombrer d'un enfant. Mi-vampire, mi-harpie, elle n'avait guère développé d'instinct maternel. Elle m'aurait bien jeté dans un égoût, mais elle s'était dit que je pourrais être bien appetissant-ou alors seulement utile- quand j'aurais grandi. Elle me laissa donc à une vieille sorcière qui rendait à tous des services; et c'est contre deux pièces d'argent par semaine qu'elle me gardait.
Je grandis ainsi entre deux chaudrons regorgeants de produits magique susceptibles de tout faire exploser.
Ma mère continuait son office; elle séduisait des hommes -par la Lune elle l'était, séduisante !-, exploitant leur faiblesse, elle les amenait à coucher avec elle, puis se lassant d'eux, elle les dépouillait et les tuait. Venant de temps en temps me voir (lorsqu'elle payait la vieille ou avait besoin de ses services, à vrai dire), elle en profitai pour jouer avec moi : elle me mordillait dans le cou et se délectait de mon sang sucré. Elle ne manquait pas non plus de me battre en me rendant responsable de la déchéance de la famille.

J'appris vite à vivre dans la jungle des bidonvilles; je m'écartais de plus en plus souvent de cet endroit, m'enfonçant chaque fois plus loin dans la forêt avoisinante. J'étais émerveillé par ces grands arbres, par ces multitudes d'odeurs enivrantes, par toute cette vie qui fourmillait. J'aimais grimper dans les arbres, j'aimer mettre une plus grande distance encore entre moi et ce bas-monde. J'aimais sentir la douceur de la Lune sur ma peau, j'aimais sa voix, douce et subtile, et j'aimais quand, telle une diva, elle orchestrait le grand ballet des Etoiles.
Et j'aime encore tout cela.

Plus grand (lorsque j'atteins mes six ans), je suivais les couples qui s'en aller faire ce qu'ils avaient à faire et qui se cachaient dans la forêt (l'amour et le romantisme n'étaient guère envisageables dans les rues des bidonvilles.
Un jour, par une nuit noire, sans Lune ni Etoiles, c'est ma mère qui arriva..
A la lueur des bougies que le malheureux avait installé, je vis toute la hargne et la violence quand elle lui coupa le sexe et l'étouffa avec.
Ca me tira un sourire.
A quatre ans, je savais lire et concocter des potions; à huit, l'alchimie n'avait plus de secrets pour moi. La vieille s'amusait à m'apprendre ses secrets, et vivant dans la magie, celle-ci m'apparaissait bientôt aussi claire que l'eau de source.
A neuf ans, alors que trois loups-garous m'avaient pris pour leur repas, je découvris le maniement du poignard. J'étais encerclé, je ne pouvais plus rien faire pour sauver ma peau. Un éclair de Lune brilla à travers la nuit, et l'instant d'après je vis un poignard d'argenr gisant sur le sol boueux. Ma vie en fus boulversée; désormais, être sans cette arme était pour moi comme être nu, pire encore même vu que je ne ressentais aucune pudeur.
A dix, le poignard faisait comme partie intégrante de mon corps.
A douze ans, lorsque la soif de sang et de sexe commençait à se faire ressentir, je suivais les traces de ma mère : je séduisais les jeunes humaines en manque de sensations fortes et les amenait dans la forêt; elle n'était plus en mesure de voir la lumière du jour au petit matin.
A treize, mes nuits étaient aussi agitées que celles de ma mère. Les bidonvilles commençaient à me connaître, et les agissements du petit Yenael faisaient bientôt trembler les jeunes filles de tout Eryalis.
Ma seule erreur fut de m'en prendre à la nièce de la vieille. Elle était si douce, si belle... Je n'avais pas soif cette nuit-là en plus. Et je n'étais pas insensible à son sourire. Mais les Etoiles m'avaient demandé de la tuer. Alors je le fis.
Au petit matin, en rentrant, la vieille m'attendait. Elle savait déjà.
Le seuil de la porte passé, mon odorat m'appris tout de suite qu'un gaz soporifique avait été déversé dans l'air de la pièce. Je bloquai ma respiration et courus dans la chambre de la vieille.
Elle m'accueillit avec un sortilège de mort; il faisait noir, elle me rata, mais ses intentions étaient claires. Je lui sautai dessus, lui coupai les mains de deux coups de poignards et lui mordai le cou. Je la vidai de son sang et lui volait son pouvoir; puis je lui plantai le poignard d'argent en plein coeur.
Dommage, je l'aimais bien la vieille.
Ma mère était arrivée chez la vieille à cet instant, allez savoir pourquoi.
La vue du sang sur la vieille sorcière, la vue de ce meurtre immorale l'excita; elle se jeta sur moi et entrepris de me mordre dans le cou, oubliant que j'étais son fils -si elle savait ce que cela signifiait-, me prenant pour une de ses conquête éphémères.
Je me retournai, repris le dessus, et entrai dans son jeu.
Cette fois-ci, elle fut la victime.
Je la violai et la tuai, meurtre dont le détail pourrait en choquer plus d'un.
Le lendemain, j'emportai deux grimoires et parti pour la ville.
Je décidai de me faire appeler Leyan. C'était plus prudent, puisque Yenael était connu, et que j'avais maintes fois violé le Pacte de Respect Mutuel. La ville était un autre monde, mais j'y trouvais vite de nouveau repères. J'avais développé dans les bidonvilles un excellant instinct de survie, en plus d'un esprit malsain et d'une intelligence perverse et manipulatrice.
Je trouvai refuge chez un vendeur de potions en manque de personnel. Mettant en pratique toutes mes connaissances, je doublai son chiffre d'affaires en deux mois.
Je fis des rencontres dans les nuits de la villes, qui m'apprirent que les légendes que j'avais lues dans les grimoires de la vieille étaient fondées. J'entendis ainsi parler d'autres pays, fichtrement plus interressants ; réunissant quelques jeunes et fougueux explorateurs, je m'enfuis d'Eryalis, non sans emporter la caisse du magasin.
Nous errâmes deux ans durant ; nous découvrîmes mille pays, mille cultures, mille peuples ; autant de façons de tuer, de concevoir le sexe ou d'imposer sa volonté aux autres.
Mais je me languissai d'Eryalis..Et ma vie m'apparaissait insensée, dérisoire et sans but.
J'étais cependant animé d'un sentiment qui m'avait poussé vers l'avant depuis ma plus grande enfance : je ne finirais pas comme ma mère, aveuglée par ses propres faiblesses et le désir de la chair et de l'argent.
Je gardais donc la tête sur les épaules, et je ne mangeai que des animaux lorsque la soif se faisait trop grande et que je n'avais pas les ingrédients nécessaires à la fabrication alchimique de sang.
J'apparus vite comme un vampire au pouvoir bien plus développé que les autres; le fait que ma mère me mordait souvent ne doit pas y être étranger. Je prenais donc la tête du groupe.
Nous arrivâmes dans une ville, immense et attrayante.
Je pris vite mes marques, comme à mon habitude, et je compris aisément les forces qui s'affontaient dans la ville : les humains, les vampire hunters, vampires de Sang-Pur, Level-E...
Ici, les vampires luttaient apparemment autant contre les humains que contre eux-mêmes. J'imagine que les Sang-Purs se sentent supérieurs et qu'il serait sympayhique de leur rabaisser de leur caquet.
Je trouvai de suite un jeu qui pourrait s'avérer très amusant...

Code du règlement : CODE OK by Philo

Commentaires Ce n'est pas à moi de me commenter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://LianDanleforestlutin.skyrock.com
Philomène
Admin/Sang Pur
avatar

Messages : 149
Date d'inscription : 16/05/2009
Age : 27
Localisation : RP : Quartier SUD / Hrp : Centre

Feuille de personnage
Race (Vampire Hunter, sang-pur, vampire ou Level E): Sang Pur
Puissance:
50/100  (50/100)

MessageSujet: Re: Yenael Erellund   Jeu 28 Mai - 23:03

Bienvenue !

J'aime beaucoup ta façon d'écrire. Tu fait une chose par une autre, et j'aime beaucoup ton perso.

Bon jeux parmis nous.

Tu es valider, tu peux commencer à jouer.

_________________
...

Philomène, la gamine ivre de vangeance.



Admin à tout heure ! Bons RP', Invité !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloody-darkness.forum-actif.net
 
Yenael Erellund
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les ténebres de la nuit :: ¤ Préambule ¤ :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: