Les ténebres de la nuit

Après trois siècles, la prophétie est de retour... Le secret de l'existence des vampires est de nouveau percé à jour... Entre humains, vampires et chasseurs, un monde sans pitié s'offre à vous.. Saurez-vous y survivre?
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 A little Flower || Hana ||

Aller en bas 
AuteurMessage
Hana Holoway
Sang-pur
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 21/05/2009
Age : 26
Localisation : In the Dream World... The Hana's World...

Feuille de personnage
Race (Vampire Hunter, sang-pur, vampire ou Level E): Sang Pur
Puissance:
10/100  (10/100)

MessageSujet: A little Flower || Hana ||   Jeu 21 Mai - 15:45



    Votre personnage :


    Nom : Holoway

    Prénom : Hana

    Age : 21 ans

    Race choisie : Vampire de Sang Pur

    Pouvoir : Elle est capable d’apaiser vos craintes et d’obtenir un retour au calme par un simple regard.

    Description physique :
    Devant les courbes gracieuses de cette femme aux allures encore enfantines, comment résister ? Lorsqu'elle se regarde dans le miroir, Hana se rend compte à quel point elle peut être féminine ; ses pommettes hautes et roses, son port de tête fière et sa démarche humble trahissent avec une facilité déconcertante ses origines nobles. Elle ne fait pas éloge du milieu qui l'a vu naître mais elle ne se plaint pas non plus de la grâce que le seigneur lui a accordé à la naissance. De longs cheveux bruns à reflets roux, lisse et doux comme de la soie qu'elle peut brosser pendant des heures, encadrent un visage fin aux courbes douces et enfantines, rajeunissant cette femme encore jeune qui ne comprend pas bien comment vieillir et qui d’ailleurs ne vieillit plus vraiment au même rythme que les êtres humains...
    Sa peau magnifiquement pâle dénote étrangement avec sa chevelure aux reflets chatoyant, ne laissant pas oublier aux autres sa vraie nature de vampire ; lorsqu’on la croire dans la rue, la lumière de la lune met à jour cette peau dénudée de tout artifice.
    Ainsi Hana est-elle une femme simple et naturelle qui ne s'embête pas non plus dans des robes mirobolantes et pleines de froufrous. Si on voit nettement que la qualité des tissus qui l'étreignent est excellente, ses robes restent simple et elles s'enfilent avec facilité et rapidité. Pleine de manières douces, on retrouve cette douceur caractéristique dans son visage expressif aux mimiques attendrissantes et dans ces yeux couleur de l'ambre, miroir réflecteur de ses sentiments, amis trahissant ses efforts pour cacher aux autres ses peines comme ses joies, tels deux billes de verre capables de vous montrer le moindre de ses états d'âme...


    Caractère :
    Si son corps révèle à tous sa vraie nature, sa psychologie dénote étrangement ; qui pourrait croire que cette jeune femme craintive et sensible à tout rompre est un monstre buveur de sang ? Avec ces manières si touchante et cette cruauté qui n’existe pas chez elle, personne n’ose vraiment croire à sa nature pourtant réelle.
    Il est vrai qu’un vampire qui pleure dès le moindre mot méchant à son encontre de la part du premier homme qui passe est un tableau assez atypique. Pourtant Hana ne le fait pas exprès, Hana ne joue pas la comédie, elle est réellement sensible à tout ce qui l’entoure et à tout ce que l’on pense d’elle ; et cette sensibilité maladive est assez handicapante lorsque l’on est un vampire avec dans les mains les rênes d’une famille en train de s’éteindre.
    Si encore il n’y avait que ça d’étrange chez elle, sans doute pourrait-elle passer plus facilement mais rajoutez à cela que cette jeune femme est incapable de se dresser devant les autres et qu’elle se laisse beaucoup trop marcher sur les pieds ; calme, trop placide ou laxiste, elle laisse passer des choses qui ne devraient pas être et c’est son frère cadet qui est obligé d’assumer ses erreurs et les charges de la maison…
    Parce qu’en plus mademoiselle est étourdie, mademoiselle est maladroite, il ne passe pas un jour sans lequel elle casse quelque chose ou ne déclenche un ouragan dans sa chambre parce qu’elle a eu peur d’une araignée… Surprise de tout, surprise d’un rien, il n’y a que sa douceur et son calme étrange en toute circonstance, même quand elle est blessé, qui peuvent paraître normal, voir froid, comme doit l’être un vampire de sang pur… Enfin ça, c’était le tableau que peignait son père pour elle, et il devait sans doute être désespéré d’avoir une fille aussi affligeante…
    Hana a souvent souffert de voir la tristesse dans les yeux de son père lorsqu’il la regardait ; parce qu’elle était une fille, faible et incapable de se débrouiller seule de s’affirmer seule. Pourtant, elle sait s’occuper d’elle, elle fuit juste les trop nombreuses responsabilités qu’on voudrait lui confier, les laissant égoïstement mais soucieuse, à son jeune frère. Et puis, elle ne passe pas ses journées à ne rien faire, non, elle ne cesse de s’activer et d’aider au mieux ceux qu’elle côtoie dans l’espoir qu’un jour on lui dise merci…
    De plus elle est patiente et compréhensive, plutôt souriante, un rien naïve et trop innocente ; on ne peut pas lui en vouloir longtemps de ces nombreuses bêtises qu’elle commet par inadvertance… Parce qu’elle possède ce pouvoir étrange d’apaiser les autres par un simple regard…
    Et là, on peut tout lui pardonner. Ou presque.


    Histoire :


    « Je vous en prie… Je ne… Ayez pitié de moi… Ah ! »

    Le cri fut étrangler avant même de ne pouvoir monter du fond de la gorge du paysan que Fleur avait saisi à la gorge, lui volant un baiser sournois qui le condamnerait à une vie éternelle de servitude pour sa famille.
    Relâchant son étreinte, la beauté glaciale de la famille Holoway observa le regard vide du pauvre homme qui souriait niaisement

    « Que puis-je faire pour combler vos désirs maitresse ?
    - Tais-toi et suis nous en silence.
    - Bien, madame. »


    Et l’homme prit la suite de la petite compagnie, étrange compagnie qui comptait une dizaine de cavalier et une dizaine d’esclave tous aussi éteint et servile que l’être qui venait de les rejoindre ; remontant souplement sur le dos de son cheval noir, elle pressa ses flancs sans se soucier de récupérer ses rênes et elle retourna se positionner à côté de son époux, en tête de file ; son ventre rond la gênait et lui donnait l’impression d’être laide et disgracieuse mais elle avait hâte que l’être qui l’habitait n’en sorte.
    Tournant ses yeux sombres vers François, elle le vit sourire légèrement et elle sourit en retour, regardant devant elle ; au loin, la silhouette d’un vieux château se dessinait, la lueur de quelques flammes dansantes éclairant les pierres qui constituaient ses murs.

    « Vous avez du goût, mon cher époux.
    - Bien évidement, ma Dame. Et j’espère que l’intérieur saura vous plaire aussi
    - Il me tarde de le découvrir. »


    Ils se sourirent de nouveau et la longue file continua son chemin vers ce qui allait devenir leur palais de servitude.

    ***


    Le cri d’un enfant déchira l’air froid de la vieille bâtisse, annonçant que le petit être tant attendu venait de rejoindre la petite famille des Holoway ; de la sueur coulant le long de ses tempes, Fleur regardait sa fille respirer cet air froid qui brûlait ses poumons, en pleurant, la jeune femme souriant tendrement devant le petit être ; si François n’avait pas vu ce sourire épanoui sur les lèvres de sa femme, il n’aurait jamais cru qu’elle est l’instinct maternelle.
    Ils s’étaient unis d’amour, certes, mais même en étant un sang pur, il craignait la dame comme tous les autres, voir même plus car elle avait le pouvoir d’ensorceler les hommes d’un simple baiser et le charme ne pouvait se rompre qu’à sa mort, qui, il l’espérait sincèrement, ne surviendrait pas avant de longs siècles. Car se savoir séparé de la magnifique créature lui fendait le cœur et le réduisait à néant.

    S’approchant doucement de l’enfant qu’on avait confié à sa mère, il sourit à la vampire qui semblait éreintée, chose rare en ce qui la concernait ; bien sûr, il aurait préféré avoir un garçon pour transmettre son patrimoine mais la fillette ressemblait tellement à sa mère qu’il fut séduit dès la première fois qu’il croisa son regard de nouveau né.
    La demeure serait la leur jusqu’à ce que l’enfant soit assez grande pour qu’ils continuent à voyager ; il n’aimait pas spécialement rester dans un lieu trop longtemps car il craignait les vampires Hunters, bien que ceux-ci soient encore rares et chassent surtout des levels E.
    Posant ses lèvres sur le front de son épouse, il lui retira l’enfant doucement à la fin du repas de celui-ci et lui suggéra de se reposer un peu.
    Il sentait que leur vie toute rose ne durerait pas éternellement et il fallait qu’avant leur mort il possède un héritier mâle capable de prendre le relais.
    Les autres vampires de la famille s’extasiaient déjà devant la beauté de la nouvelle-née et il soupira ; Hana risquait d’avoir du mal à s’épanouir librement avec une famille comme celle-ci.



    Ses grands yeux couleur de l’ambre étaient fixés sur le ventre rebondit de sa mère ; la fillette tendit l’une de ses petites mains et toucha la peau froide, sentant son futur frère bouger légèrement sous la peau fine qui menaçait de craquer, tendue à l’extrême. Retirant sa main craintivement dans un geste réflexe, elle regarda sa mère qui lui souriait grandement et caressait sa longue chevelure brune aux reflets chatoyants.
    Depuis qu’elle avait donné naissance à l’enfant, quelques années plus tôt, à la petite fille, Fleur Holoway était devenu plus douce, plus calme et le peu de serviteurs qui leur restait était les plus anciens ; regardant l’enfant haute comme trois pomme au caractère si effacé, si délicat, elle se demanda si elle était vraiment le fruit de son union avec François mais ne put se résoudre à penser à la négative de cette question, parce qu’elle aimait sa fille et qu’elle y tenait comme à la prunelle de ses yeux.
    Sentant son ventre se faire plus douloureux, elle suggéra à l’enfant d’aller jouer avec son père et la fillette s’empressa d’obéir ; Fleur aurait aimé avoir une fille un peu plus rebelle, un peu plus affirmée mais comme elle était sa première enfant, elle se disait que ce n’était dû qu’au jeune âge de la fillette.
    Après tout, à trois ans, on a encore le monde à découvrir, même si ses oncles, tantes et grands-parents s’occupaient déjà de son éducation. Et puis l’atmosphère semblait plus légèrement quand Hana était là et Fleur voulait bien lui pardonner toutes ses erreurs de jeunesses.
    La porte se ferma et elle resta seule avec sa servante personnelle, qui n’était qu’une femme envoutée comme les autres.
    Et elle soupira.

    ***


    Quelques jours plus tard, son second enfant venait au monde, un magnifique garçon à la chevelure claire comme son époux et aux yeux d’un bleu étrange, proche de l’indigo ; curieusement, il ne cria pas comme sa sœur lorsqu’il aspira sa première goulée d’air et elle n’eut peur qu’il n’ait un problème quelconque.
    Mais on la rassura bien vite, l’enfant était en parfaite santé, sans doute était-il plus calme que ça sœur, ou simplement avait-il conscience, d’une certaine manière, de ce qui lui arrivait… Chose qui allait bien vite s’avérer fausse, car William allait bien vite démontrer une énergie inépuisable qui fatiguerait ses parents plus vite que de raison.
    Mais nous n’en sommes pas encore là.
    Et comme pour la naissance d’Hana, Fleur était épuisée, harassée même, et son mari la délesta vite de l’enfant, le cédant un léger temps aux ancêtres de la famille pour qu’ils puissent s’extasier comme ils le voulaient ; lui-même était bien heureux que son épouse ait donné naissance à un garçon, il était sûr ainsi de pouvoir transmettre son nom et ses obligations.

    ***


    Hana s’accoutuma vite à la présence de ce petit frère capricieux et intelligent qui ne cessait de tirer ses beaux cheveux bruns lorsqu’il attendait quelque chose d’elle, provoquant ses pleurs et ses plaintes mais aussi une espèce de servitude ; sans doute voulait-il lui aussi des esclaves serviles, comme ses parents en possédaient et lorsqu’il embrassait Hana, de ses lèvres de bambin, même si ce n’était que sur sa joue ronde et enfantine, elle semblait vraiment être sienne quelques instants, très courts.
    Ses parents ne s’en aperçurent pas et ils ne cessaient de régler les disputes qui avaient lieu entre le frère et la sœur.

    Et le temps filait, suivait son court, dans le château qu’ils n’avaient finalement pas quitté.

    Ainsi le petit garçon grandissait normalement, profitant du savoir de la famille comme sa sœur avant lui qui elle-même continuait d’apprendre avec assiduité, petite fille pensant ainsi se faire pardonner ses erreurs et ses nombreuses âneries ; combien de vases avait-elle cassés depuis qu’elle savait se tenir sur ses jambes ? Combien de fois s’était-elle perdue dans la forêt toute proche lorsque ses parents lui permettaient de jouer dans le jardin, poussée par une curiosité enfantine qui disparaitrait avec l’âge ? Compter était impossible, tellement ce genre d’incidents était fréquent et ses parents espéraient secrètement que son frère ne deviendrait pas comme elle, qu’il serait un peu plus responsable et un peu moins maladroit ; ils ne comprenaient d’ailleurs pas d’où elle tiraient ce caractère placide, étonnant, une véritable révolution pour la petite famille de sang pur. Car des deux côtés de la famille, ils étaient réputés pour être froids, manipulateurs, et maniaque, bien trop consciencieux pour se permettre de casser quoi que ce soit ou pour s’abaisser devant les autres… Hana était un peu tout leur contraire.

    Et avant même qu’ils ne s’en aperçoivent, la petite fille avait huit ans et le petit garçon cinq ; François pressentant un danger, ils décidèrent de partir, laissant au château leurs parents qui ne voulaient pas s’en aller, sachant que malgré leur grand âge, ils sauraient se débrouiller.

    Ainsi Hana, William, François, Fleur et quelques autres quittèrent les lieux, à cheval et à poney pour les plus jeunes, migrant vers des terres qui leur promettraient une meilleure sécurité.



    La famille de sangs purs avaient trouvé un manoir abandonné dans une province sec où rien ne semblait pouvoir pousser, un peu coupé du reste du monde et elle s’y était établis avec de nouveaux serviteurs, envoutés sur la route.
    Les enfants ne comprenaient pas vraiment la raison de ce déménagement, leurs parents ne leur ayant pas expliquer ce qu’ils craignaient pour ne pas les affoler où poser sur leurs épaules frêles un poids trop lourd à porter, rempli d’une incompréhension enfantine ; mais peu importait la raison, ce long voyage les avait rapproché et bien que le petit garçon ait trois ans de moins que ça sœur, il la défendait à présent contre tout ce qui pouvait lui faire du mal et étrangement il était plus calme, moins bougeons en sa présence, plus doux aussi.





Dernière édition par Hana Holoway le Jeu 21 Mai - 18:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Ichirinn0Hana.skyblog.com
Hana Holoway
Sang-pur
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 21/05/2009
Age : 26
Localisation : In the Dream World... The Hana's World...

Feuille de personnage
Race (Vampire Hunter, sang-pur, vampire ou Level E): Sang Pur
Puissance:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: A little Flower || Hana ||   Jeu 21 Mai - 17:39

    Les jours, puis les mois passèrent sans qu’ils n’aient l’autorisation de mettre un pied dehors, la neige arrivée de l’est baignant la plaine aride alentours d’un fin duvet blanc dans lequel Hana aurait voulu aller jouer avec son frère, de la neige comme lorsqu’elle était née ; mais ses parents et les autres membres de sa famille s’y opposait. Tant Jeanne ne supportant plus cette vie à fuir était même partie rejoindre le vieux château qu’ils avaient quitté et son mari était parti avec elle ; François semblait attendre des nouvelles qui ne venaient pas et il gardait un contact mental avec son frère malgré la distance.
    Et lorsqu’il se réveilla en sueur, un matin, après un rêve sanglant qui n’annonçait rien de bon, se sentant vide sans déceler immédiatement ce qu’il manquait, il frissonna… Et il resta soucieux jusqu’à s’apercevoir que le contact n’avait plus lieu, que son frère n’était plus là… Et comme ce n’était pas lui l’instigateur du contact, il ne put pas le rétablir. Et puis à cette époque là, il n’y avait que les coursiers et les pigeons voyageurs qui pouvaient transmettre les messages… Et ils ne possédaient ni l’un ni l’autre.
    Anxieux, il décida de réunir les siens, laissant les enfants à leurs serviteurs envoutés, les écartant de la réunion pour leur bien, malgré le fait que l’éloignement d’Hana fit remonter chez eux toute la tension qu’elle apaisait et bien vite il mit les siens au courant bien que certains avaient déjà conscience des mauvaises nouvelles : les membres de la famille restés au château n’était plus de ce monde… Tous se sentaient vide, essentiellement Gaspard, frère de Jeanne, étroitement lié à sa sœur…

    « Nous ne pourrons pas fuir éternellement, François…
    - Je le sais bien mais je ne veux pas mettre les enfants en danger.
    - Ensemble, nous sommes plus forts mais nous sommes aussi une proie facile…
    - Remarque pertinente, Fleur, mais je ne suis pas sûr qu’une séparation…
    - Et bien moi je pense que c’est la meilleure solution...
    - …
    - Moi aussi, François…
    - Et bien faite comme vous le voulez. Je ne puis diriger vos vie de toute façon.
    - Aimée et moi partirons ce soir
    - Bien Gaspard.
    - Nous feront de même, Héléna et moi. »


    François acquiesça silencieusement en soupirant et il regarda ses frères et sœurs quitter la pièce, des sourires nerveux qui se voulaient rassurant sur les lèvres. Il sentit la main de Fleur prendre la sienne et elle posa ses lèvres dans le creux de sa paume avant de le regarder, sereine.

    « Ne t’inquiète pas pour les enfants, Papa s’est sacrifié pour les protéger. Ils ne risquent rien jusqu’à leur trente ans au moins. Il n’y a qu’après qu’ils devront se débrouiller seuls mais ils seront au courant alors…
    - Je sais… Mais je ne peux m’empêcher de m’en faire pour eux. Nos enfants, notre sang, une partie de nous-mêmes…
    - J’aime quand tu dis ça… »


    Fleur fit un sourire ravageur, accompagnant ses mots d’un geste vague puis elle se leva et quitta la pièce, dénonçant l’éloignement de ses enfants déjà trop long qu’elle venait de subir. Et la porte se referma sur ses formes élégantes mise en valeur par sa robe moulante. François se sentit légèrement rassuré devant la confiance que sa femme avait envers son père et il soupira en se grattant la tête avant de quitter la pièce à son tour.

    Le soir même, ils ne furent plus que quatre vampire et quelques serviteurs dans le manoirs, les autres partant à cheval sous la neige pour des horizons lointains, divers et variés, sous le regard attristé de François et de sa petite famille, surtout les enfants qui ne comprenaient pas pourquoi tout le monde partaient tout d’un coup
    Et Hana pleurait à chaude larmes dans les bras de sa mère, la main rassurante de son frère caressant ses cheveux. Le petit garçon se devait d’être fort s’il voulait garder sa sœur en bonne santé.
    Mais il ne saurait pas avant longtemps que sa famille, restée au château de sa naissance, avait été tuée par une autre famille de sang pur, des hors-la-loi recherché par les plus grandes instances des vampires et qui ne cessaient de passer à travers les mailles du filet, et les pièges qu’on leur tendaient, vouant une haine mortelle, vieille de plusieurs siècle aux Holoways… Et ceux-ci venaient de rendre leur traque plus compliquée.

    « Ne pleure pas Hana, nous les reverrons bientôt. La vie ne fait que commencer pour nous.
    - *snif* Je le sais bien William… Mais c’est *renifle* triste de voir partir ceux que l’on aime…
    - Tu es trop émotive… »


    Hana ne répondit rien, ses parents n’intervinrent pas et Will continua son geste rassurant envers sa sœur, soucieux de la mine grave de ses parents. Un enfant ne comprend pas mais un enfant n’est pas bête, il comprend.



    Le temps filait, placide, fait de fuite et de déménagement alors que les enfants grandissaient à leur rythme, leurs caractère et leur attachement s’affirmant un peu plus chaque jour. Leurs parents retardaient toujours plus le moment où ils devraient leur expliquer la raison de leurs déménagements brusques et réguliers alors même que leur fils posait de plus en plus de question. Hana avait à présent quatorze ans et elle découvrait une cinquième maison, encore plus austère et abandonnée que les précédentes, à l’écart d’un village minuscule qui devait à peine compter cinquante habitants, avec un climat chaud et lourd.
    Elle voyait souvent la mine grave de ses parents se teinter de tristesse et de crainte mais elle n’osait pas les questionner, surtout qu’elle commettait toujours autant de catastrophes, tel un ouragan dévastant la terre qui l’accueillait ; elle pleurait encore pour un rien et son frère assurait sans cesse ses arrières, donnant l’impression qu’elle ne pouvait se débrouiller par elle-même et l’adolescente souffrait de sa condition ; surtout qu’elle devenait de plus en plus attirante, rattrapant vite la beauté de sa mère, ternie par son angoisse que même le pouvoir de sa fille n’arrivait plus à apaiser et que les rares vampires qu’ils croisaient sur leur route lui avait mainte fois fait quelques propositions plutôt incongrues et vite mises de côté par la jeune fille craintive. Elle était trop soucieuse du mal qui rongeait ses parents pour ce soucier de ce genre de choses.

    Et puis un jour, alors qu’ils étaient à table, son père avait pris la parole et il leur avait expliquer rapidement la situation, une histoire de haine vieille comme le monde ou presque qu’une autre famille de sang-pur plus puissante que la leur, leur vouait. Et bien sûr Hana avait tremblé à l’annonce et elle avait alors compris beaucoup de chose ; son frère n’avait pas bronché, comme d’habitude, prenant la chose calmement ; il irait déversé ses états d’âme dans le jardin un peu plus tard.

    « Mais ça ne vous touchera pas. Votre grand père vous à protéger. Vous ne risquez rien… D’accord Hana ?!
    - Oui, père… Mais, et mère et vous ?
    - … Et bien nous ne le sommes plus depuis quelques années déjà… Même avant votre naissance… Mais ça ne veut pas dire que demain nous allons mourir, d’accord ?!
    - … Bien mère… »


    Mais même si Hana acquiesçait calmement à ces révélations, on pouvait voir que le monde fragile qu’elle s’était construit venait de sombrer dans des profondeurs abyssale autour d’elle ; au fond de ses iris ambrée, plus rien n’avait d’importance à part un fait cruel : ses parents allaient la quitter bien trop vite pour pouvoir choyer ses propres enfants comme l’avait fait ses grands parents… Tiens d’ailleurs, cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait plus eu de nouvelles des autres… Etaient-ils tous si loin ?… Ah moins que…

    Avant que les autres n’aient eu le temps de réagir, elle avait laissé son verre retomber, le renversant sur la nappe, l’hémoglobine s’emparant du tissus pour en changer la couleur, les larmes dévalant en cascades ses joues rondes à peine sortie de l’enfance.

    « Jeanne, Gaspard, Aimée, Asmaras, Greg et tous ceux qui ne nous ont pas suivi jusqu’au bout, ils sont… Tous… »

    Ses grands yeux larmoyant avait fondu dans ceux si triste de son père et y lisant la cruelle vérité, elle ne put prononcer le mot qui manquait ; jamais Hana n’avait ressentie une peine si grande, jamais on ne lui avait laissé entendre quelque chose d’aussi grave et pour l’adolescente, aussi sensible qu’une fille humaine, c’était réellement le monde qui s’effondrait. Son frère avait dû déjà comprendre tout cela car il ne pleurait pas et restait froid, finissant son verre, réfléchissant, avant de se lever et de venir réconforter sa sœur ; la voir pleurer ainsi lui faisait de la peine malgré la froideur qui l’habitait.
    Trop calme pour un petit garçon de onze ans habituellement surexcité. Il n’y avait que les larmes d’Hana qui le remplissait de haine à ce point là : il détestait du plus profond de son âme ces assassins qui faisaient pleurer sa sœur même s’il trouvait stupide ces larmes pour des êtres qui ne partageaient déjà plus leur quotidien.

    Il conduisit sa sœur dans sa chambre et posa un baiser sur son front, lui intimant l’ordre de dormir, la laissant comme une poupée privée de ses moyens et obligée d’obéir à cet ordre impartiale qui ne durerait pas. Plus il grandissait et plus le temps que durait le sortilège augmentait mais il était encore trop court pour réellement pouvoir lui servir. Redescendant, il reprit place à table où ses parents discutaient à voix basse, soucieux de nouveau.

    « Père, mère, combien de temps serons-nous protégé ? Un jour, il faudra combattre… Nous ne pouvons pas fuir éternellement ! Cela terni l’honneur de notre famille ! Je ne puis permettre cet affront à notre nom !
    - … Willy, la survie importe plus que l’honneur ou le nom de notre famille… Vos vies nous importe plus que cela en tout cas…
    - … Certes, mère, vu comme cela… Mais combien ?
    - jusqu’environ vos trente ans.
    - Alors je veillerai sur ma sœur après ça et je combattrais ces monstres et ces lâches qui ont osé la faire pleurer ! »


    Et sans attendre une réaction de la part de ses géniteurs, il quitta la pièce, attrapa son manteau et alla préparer son poney pour aller réfléchir tranquillement ailleurs. Il ne craignait rien, donc… D’après ce qu’on venait de lui expliquer. Il pouvait donc ce permettre cet extra.
    Les sabots du cheval laissèrent des traces dans la neige et le bruit de son galop fut atténué par la poudreuse…



    Une larme unique coula sur la joue d’Hana, sa robe blanche maculée du sang de son père pesant lourdement sur ses épaules comme si le tissus léger s’était transformé en bille de plomb. Devant elle le corps de son père serrait la main de sa mère au visage blanc paisible, dormant d’un sommeil sans fin pour l’éternité ; il avait utilisé ce qui lui restait de force pour protéger son épouse d’une mort cruelle et ensanglantée et il avait utilisé son pouvoir sur elle, la condamnant au repos éternel sans pour autant que son corps ne soit mutilé… Etrange, pour Hana, elle semblait respirer encore, éternelle dormeuse, sa poitrine cintrée dans le décolleté de son bustier pourpre et noir se soulevant en un rythme régulier sous le regard de sa fille qui ne savait plus quoi faire ; pour la première fois Hana avait vu la mort de face mais elle n’avait pu s’emparer d’elle et à la place elle avait pris la vie de son père et l’éternité de sa mère.
    Au-dehors, son frère se battait encore contre ces vampires level E qu’on avait lâché sur eux pour faire diversion et les attaquer lâchement dans le dos ; mais William et elle ne pouvait pas mourir aujourd’hui, ce n’était pas comme ça que le livre de leur destiné était écrit.

    Combien de temps avait elle passé à regarder sa mère dormir ainsi, les genoux sur le sol froid où séchait à présent le sang de son paternel, un sourire au lèvre et un trou de la taille d’un point dans sa poitrine ?! Elle n’aurait pu le savoir, mais bien assez longtemps pour que son frère termine sa besogne et ne la rejoigne ; et lorsqu’il arriva, elle ne pleurait plus, au contraire, un sourire glacé étiraient ses lèvres. Bien sûr, rien ne changerait de son caractère, elle resterait une fille maladroite et sensibles mais bien moins naïves, ça, c’était certains.
    Levant la tête au bruit de ses pas, elle le regarda et, le voyant couvert de sang, se releva précipitamment, inquiète.
    Il la rassura rapidement et regarda ceux qui avait été leurs parents avant de soupirer et de s’autoriser à pleurer aussi pour ces êtres qu’il avait aimé profondément.

    « Adieu père. Dort bien mère. Que là où vous vous trouviez maintenant, vous soyez tous les deux réunis. Pour l’éternité. »

    Et la maison résonna d’un silence de mort, à peine troublé par le souffle du vend qui s’engouffrait dans le manoir. Ils restèrent quelques minutes ainsi puis William pris une grande décision.

    « Vient Hana, ne restons pas dans ce lieu si triste. Offrons à notre père une sépulture digne de ce nom dans les bras de mère et allons-nous en.
    - … Oui, je vais chercher des vêtements propre et de quoi nettoyer son corps. »


    Et elle tourna les talons, quittant la pièce sous le regard soucieux de son frère qui commença par essayer de délier les doigts des deux cadavres qui seraient réunis pour l’éternité, dans ce manoir qui serait leur tombeau à tout jamais.

    ***


    Ils étaient arrivé dans ce petit village peuplé de vampire et d’humains cohabitant et ils y avaient acheté un manoir avec la fortune que leur parents leur avait longtemps caché et laissé. Agé l’un de dix-huit ans et l’autre de vingt-et-un, ils commencèrent à s’installer dans le manoir avec pour serviteur n vampire rencontrer en chemin qui cherchait un emploi stable.
    Ils voulaient refaire leur vie sans penser à ce passer sombre qui était le leur et sans se soucier de la menace qui planait autour d’eux ; bien sûr, ils avaient senti la présence d’autres sang purs dans la ville et ils savaient qu’ils leur faudrait aller se présenter. C’était comme ça, la hiérarchie innée.
    Etrangement, Hana semblait plus calme et elle n’avait plus versée une larme depuis qu’ils avaient scellé l’entrée du tombeau de leurs géniteurs malgré qu’ils n’aient pas eu un chemin facile pour parvenir jusque là et William devait sans doute se poser des questions ; mais elle n’y répondrait pas, elle avait juste pris quelques résolutions, la première étant d’assumer une partie des charges qui s’imposait à un sang pur comme elle…

    L’heure était venue de tout recommencer.


    Code du règlement : Code validé par Ezechiel

    Commentaires (mélioratifs ou péjoratifs) : J’aime beaucoup le design *o*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Ichirinn0Hana.skyblog.com
Ezechiel
Admin/Sang Pur
avatar

Messages : 133
Date d'inscription : 17/05/2009
Age : 27

Feuille de personnage
Race (Vampire Hunter, sang-pur, vampire ou Level E): Sang Pur
Puissance:
50/100  (50/100)

MessageSujet: Re: A little Flower || Hana ||   Jeu 21 Mai - 19:16

Très belle fiche, je suis conquise I love you

Quant au design, merci ça fait plaisir de savoir qu'il plaise aux membres =)

Bref, j'étais impatiente de lire ton histoire je ne suis pas déçue!

Fiche bien évidement validée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A little Flower || Hana ||   

Revenir en haut Aller en bas
 
A little Flower || Hana ||
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jade - The little flower is lost in this big world
» Like a flower [Daniel]
» Fruit de l'éclosion / Hana Hana No Mi
» Ano Hi Mita Hana no Namae o Bokutachi wa Mada Shiranai
» A little flower is growing up in my garden | Alix

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les ténebres de la nuit :: ¤ Préambule ¤ :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: